Planter sa haie

Planter sa haie

Planter sa haie

➼ Sa plantation

  • Elle s’effectue toute l’année, lorsque le temps le permet.
  • Pour les végétaux en racines nues ou en motte, plantez à l’automne, de novembre à fin mars.
  • Pour les végétaux en conteneurs, plantez toute l’année, hors périodes de gel ou de grosse chaleur.
  • Si le linéaire de haie est important, mieux vaut ouvrir une tranchée de 50/60 cm de largeur et autant en profondeur, plutôt que de faire un trou de plantation pour chaque sujet.
  • Mettez en place les végétaux après avoir fait tremper la motte, comme pour une plantation classique.
  • Rebouchez le trou ou la tranchée, non sans avoir incorporé un engrais organique.
  • Aménagez une cuvette de plantation au pied de chaque sujet et arrosez copieusement.
  • Selon la place disponible, le type de haie désiré ou la nature des végétaux retenus, plantez sur une ou plusieurs lignes en quinconce.

➼ Sa composition

Pour la haie monospécifique

Si elle est destinée à être taillée, elle se plante généralement sur une seule ligne, avec une distance de plantation variant entre 0,80 et 1,20 m selon la grosseur des plantes.

Laissée libre, elle sera moins densément plantée, en quinconce, en simple ou en double rangée.

Pour la haie en mélange

Plusieurs règles de composition existent :

  • La répétition d’une séquence végétale, régulièrement, sur tout le tracé de la haie, offrant une ossature et une unité au jardin, particulièrement indiquée si la haie est taillée.
  • Une composition par “taches” de 1 à 7 plants de la même espèce.
  • Une disposition aléatoire pour un effet plus naturel.

➼ Ce que dit la loi pour les plantations en limite de parcelle

Vous pouvez faire pousser des arbres et plantations librement dans votre jardin. Toutefois, certaines règles de distance sont à respecter à proximité de la propriété de votre voisin. L’entretien des plantations mitoyennes ou situées en limite de propriété, ainsi que la cueillette des fruits de vos plantations répondent également à une réglementation précise.

Les plantations telles que arbres, arbustes et arbrisseaux peuvent être plantées près de la limite de propriété voisine dans le respect des règles locales prescrites par des règlements particuliers existants ou des usages locaux constants et reconnus.

Pour vous informer sur l’existence de règles locales, il convient de vous renseigner auprès de votre mairie.

Règles de distance à respecter par rapport à la limite de propriété selon la hauteur de la plantation :

  • Inférieure ou égale à 2 mètres = 0,5 mètre
  • Supérieure à 2 mètres = 2 mètres

Sanction : Si vos plantations ne respectent pas les distances légales, votre voisin peut exiger qu’elles soient arrachées ou réduites à la hauteur légale, à moins que ces plantations, situées à moins de 0,5 mètre de la limite de propriété, existent depuis au moins 30 ans, ou à moins que ces plantations, situées entre 0,5 mètre et 2 mètres de la limite de propriété, dépassent 2 mètres de hauteur depuis au moins 30 ans.

Les arbres en milieu urbain

Les arbres en milieu urbain

Les arbres en milieu urbain

Contraintes

  • L’activité humaine engendre des contraintes que les arbres d’alignement et d’ombrage en ville ont souvent du mal à supporter.
  • Le climat urbain est difficile : les arbres sont victimes d’excès ou de manque d’ensoleillement, de température extrême au niveau du feuillage et des racines et sont parfois soumis à des coups de vents importants.
  • Le sol, souvent d’une qualité médiocre, n’est généralement pas présent en quantité suffisante et subit des phénomènes de tassement.
  • L’oxygénation des racines, leur alimentation en eau et en nutriments se révèlent donc difficiles.
  • Des pollutions diverses par le ruissellement, des sels de déneigement et les fuites de gaz altèrent le sol donc les végétaux.
  • Par les contraintes diverses qu’ils génèrent, les travaux de génie civil sont également responsables de la disparition d’un grand nombre d’arbres.
  • Les habitants des villes maltraitent sciemment ou inconsciemment les arbres : vandalisme ou chocs de véhicules.
  • Afin de préserver la sécurité des voies et des habitations et parfois aussi par habitude, les arbres sont régulièrement amputés et défigurés par des opérations d’élagage.
  • Tous ces problèmes occasionnent des dégâts et affaiblissent les arbres, qui sont plus sensibles aux attaques des prédateurs et des parasites ; les sujets meurent avant l’âge et doivent donc être remplacés.
  • Pour des raisons économiques, on essaie de plus en plus de réduire les contraintes.
  • Le choix d’espèces adaptées aux sites et l’utilisation de différentes techniques permettent d’améliorer les conditions de vie des arbres anciens et d’établir les nouvelles plantations dans les meilleures conditions.
  • Il existe des techniques de plantation, par exemple, des murets, des protections ou des grilles d’arbres, ainsi que des techniques d’entretien, tels le drainage, l’irrigation, la fertilisation, la taille douce, les traitements phytosanitaires ou la réhabilitation.
  • Ces contraintes sont souvent valables également pour les plantations en jardins privés, bordant les routes ou grandes avenues.

Quelles espèces conviennent au mieux ?

  • Il n’existe pas d’espèces adaptées à la ville car aucun milieu naturel ne rassemble les caractéristiques du milieu urbain.

Espèces tolérantes

Acer Campestre
Acer Negundo Variegatum
Acer Platanoides Globosum
Acer Pseudoplatanus
Aesculus Carnea
Aesculus Hippocastanum
Cercis Siliquastrum
Catalpa Bignonioides
Elaeagnus Angustifolia
Ginkgo Biloba
Laburnum Watereri
Paulownia Tomentosa
Prunus X Serrulata Kanzan
Prunus X Serrulata Amanogawa
Quercus Robur Fastigiata
Robinia Pseudoacacia
Sophora Japonica
Tilia Cordata
Tilia Platyphyllos

Espèces les plus résistantes au soleil, à l’ombre, à la sécheresse et aux projections de sel

Acer Platanoides
Ailanthus Altissima
Celtis Occidentalis
Platanus X Acerifolia

Planter en terre de bruyère

Planter en terre de bruyère

Planter en terre de bruyère

Plantation

  • Les végétaux acidophiles dits de terre de bruyère ont besoin d’un sol plus ou moins acide, et sans calcaire.
  • Des espèces comme les rhododendrons, les camélias, les andromèdes demandent un sol très acide à pH 5 fait de terre de bruyère.
  • D’autres espèces comme les skimmias ou les érables du japon se cultivent en sol frais de terre de jardin mélangée à de la terre de bruyère, à pH 6-6,5.
  • Le sol doit être léger, frais et bien drainé, sans humidité stagnante, mais pas trop sablonneux.
  • La plupart se plaisent à exposition légèrement ombragée et en tout cas abritée du soleil aux heures les plus chaudes de la journée.
  • Elles sont généralement assez rustiques, mais il faut leur éviter une situation exposée aux courants d’air et aux vents.

Entretien

  • L’arrosage est essentiel. En effet la terre de bruyère retient très peu l’eau et les réserves s’épuisent donc rapidement. Le sol doit toujours rester humide. Préférez une eau non calcaire. Arrosez au printemps et surtout en été, mais pour les rhododendrons réduisez un peu les arrosages en juillet-août pour encourager la formation des boutons floraux de la saison suivante.
  • Faites un apport d’engrais organique en début de printemps (sang desséché, corne torréfiée), paillez au pied pour retenir la fraîcheur et lutter contre les mauvaises herbes.
  • Les rhododendrons, azalées et camélias ne se taillent pas habituellement, à l’exception des branches malades ou mal orientées. On peut rabattre d’un tiers des plantes vieillissantes. En revanche, supprimez bien les fleurs fanées pour éviter que la plante ne s’épuise à produire des graines.
  • En hiver, en cas de neige, secouez légèrement les branches pour en faire tomber la neige qui pourrait brûler le feuillage. En cas de gel, protégez les camélias, moins rustiques que les rhododendrons avec un paillage de feuilles mortes et un voile d’hivernage.
  • Au bout de quelques années, remplacez en surface la terre par un nouvel apport de terre de bruyère; l’enracinement étant superficiel, une couche de 30 cm est suffisante; veillez à ne pas abîmer les racines.

Planter des rosiers

Planter des rosiers

Planter des rosiers

Plantation

  • Elle s’effectue de fin octobre à mi-avril, hors période de gel, dans un emplacement ensoleillé, si possible abrité du vent.
  • Creusez un trou de 30/40 cm de côté et de profondeur, déposez au fond un peu de substrat recouvert de terre meuble.
  • Rafraîchissez l’extrémité des racines. Le point de greffe devra se trouver légèrement au-dessus du niveau du sol.
  • Rabattre si besoin les branches à 10 cm pour les rosiers à grandes fleurs et polyanthas et à 30/40 cm pour les grimpants.
  • Pour les rosiers livrés en pots ou conteneurs, procédez comme pour les arbustes à fleurs.

Taille

Rosiers a grandes fleurs, polyanthas, floribundas et rosiers tige

En automne, rabattez les tiges à 40-50 cm du sol en enlevant les bois secs et les branches trop chétives. À la fin de l’hiver, idéalement fin mars, raccourcissez les branches de l’année au-dessus du deuxième ou troisième bourgeon.

Au bout du troisième ou quatrième printemps, il faudra tailler plus sévèrement dans le bois âgé de 2 ou 3 ans afin de rajeunir la plante.

Rosiers grimpants remontants

Fin mars, enlevez les bois secs et les vieux bois, supprimez les branches chétives, raccourcissez légèrement de 30-40 cm et palissez.

Rosiers grimpants non remontants

Taillez en août après la fin de la floraison en supprimant au ras de la souche les branches anciennes et en conservant uniquement les rameaux de l’année sauf ceux trop chétifs.

Quand une jeune pousse vigoureuse s’est faite sur un bois de l’année précédente, couper celui-ci au ras de la jeune pousse.

Arroser ses nouvelles plantations

Arroser ses nouvelles plantations

Arroser ses nouvelles plantations

  • Lors de la plantation de vos arbres, arbustes, vivaces, la première année est la plus importante au niveau de l’arrosage.
  • Selon la hauteur à laquelle vous avez acheté vos végétaux, il sera indispensable de leur donner la quantité d’eau adéquate pour leur permettre une bonne reprise, un bon enracinement.
  • Quelle que soit la période de plantation, les végétaux auront besoin d’être régulièrement arrosés.
  • Trouvez ci-dessous des consignes d’arrosage qui sont données à titre indicatif et qui peuvent varier selon les essences, l’exposition, les zones géographiques et les conditions climatiques.
  • Privilégiez un arrosage à l’eau de pluie plutôt qu’à l’eau sanitaire, qui a été traitée.

Conseils d’arrosage hebdomadaire

Types de plantation

Quantité d’eau en litres

Vivaces en godet
1
Graminées
5

Arbustes de 80 à 150 cm de hauteur (pot, racines nues ou motte)

Arbres d’une circonférence de 8/10 ou 10/12 cm

20

Arbustes de 150 à 250 cm de hauteur (pot, racines nues ou motte)

Arbres d’une circonférence de 12/14 ou 14/16 cm

30

Arbustes de plus de 250 cm de hauteur (pot, racines nues ou motte)

Arbres d’une circonférence de 16/18 ou 18/20 cm

50
Arbres d’une circonférence de 20/25, 25/30 cm ou plus
80

IMPORTANT : si la température est supérieure à 25 °C, il faut arroser 2 fois par semaine avec ces mêmes quantités !

Loading...